Murin de Bechstein

Murin de Bechstein - Myotis bechsteini (Kuhl, 1818)

CODE Natura 2000 : E1323

 


Les colonies de Murin de Bechstein s’installent dans des trous d’arbre (photo : P. Jourde)

 

STATUT

  • Annexe II et IV de la directive Habitats-Faune-Flore CEE 92/43 - espèce de conservation prioritaire
  • Protégé au niveau national
  • Liste Rouge Mondiale : Vulnérable
  • Liste Rouge Régionale : Vulnérable


REPARTITION

En France : espèce largement distribuée mais généralement peu abondante.

Carte de sa répartition en France (Muséum national d’Histoire naturelle [Ed]. 2003-2006 . Inventaire national du Patrimoine naturel)

 

DESCRIPTION

  • Taille : 5 cm de long et 28 cm d’envergure.
  • Poids : 7 à 12 grammes
  • Pelage blanc sur le ventre et brun roux sur le dos. Très longues oreilles dépassant le museau.
  • Longévité : 21 ans

 

HABITATS FREQUENTES

Les colonies s’installent dans des trous d’arbre, voire des gîtes artificiels. Les adultes chassent dans un rayon de 2 km autour de la colonie, dans des bois caducifoliés, du bocage ou des zones de fourrés. Hiberne dans des trous et fentes d’arbres, rarement dans des fissures de cavité souterraines.

 

BIOLOGIE

  • Reproduction : les femelles se rassemblent en petites colonies composées de 10 à 40 individus, qui changent très régulièrement de gîte au sein de leur territoire (tous les deux jours en moyenne). L’accouplement a lieu de l’automne au printemps et la naissance du jeune de juin à juillet.

  • Hibernation : hiberne d’octobre à avril, dans d’étroites et profondes fissures où les animaux sont difficiles à repérer.

  • Technique de chasse : les Murins de Bechstein glanent leurs proies en papillonnant dans ou près de la végétation, du sol jusqu’à la couronne des arbres.

  • Alimentation : régime très varié composé de petits arthropodes (mouches, chenilles, papillons, chrysopes...)

 

MENACES

  • Développement des peupleraies au détriment des boisements spontanés (absence de gîtes, pauvreté trophique) ;
  • disparition ou forte régression des arbres creux ou fendus favorables ;
  • modification des habitats d’alimentation (disparition du bocage, mise en culture des prairies).

 

En savoir plus...

Fiche du Cahier d’Habitats National

 

 

 

 

 

QUE PUIS-FAIRE POUR LUI ?

 

  • Localiser les colonies de reproduction, ou les faire lopcaliser par un expert (se rapprocher de l'opérateur Natura 2000) ;

 

  • préserver les zones de reproduction et d’hibernation ;

 

  • maintenir de nombreux arbres creux, vivants, sénescents ou morts et favoriser la diversité des boisements (composition, structure, âge) ;

 

  • mettre en place un réseau d’îlots de vieillissement connectés ;

 

  • maintenir ou restaurer les habitats d’alimentation (bois, bocage, prairies).